La course à pied Les blogs courseapied.net : LaPluche

Le blog de LaPluche

Flux rss du blog, des réactions

Les derniers billets

Mes catégories

  • A venir

Mes liens


Le forum courseapied.net

Le chat courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2005-09-23 22:30:07 : Il y a un an ....

Il y a un an, j'étais au dodo à cette heure-ci. cétait ma veillée d'arme avant ma participation à la plus grande course que j'ai courue jusqu'ici : les 100 km de Millau.

Mais si je ne serai pas présent physiquement sur place demain, tous mes encouragements accompagnent celles et ceux qui vont se mesurer aux côtes de Creissels et de Tiergues dont je garde toujours de formidables souvenirs.

Bon courage à eux !

Les réactions

Par gregnalex, le 2005-09-23 23:03:02
Le mythe!!

Chapeau la Pluche!

Par Delphine, le 2005-09-24 14:10:15
Mopi aussi je te dis chapeau! ET bonne course à ceux et celles qui la font cette année.

Par Delphine, le 2005-09-24 14:10:44
Euh Mopi en langage sans clavier qui délire, ça veut dire "Moi"!

Votre pseudo :

Votre commentaire


Combien fait un plus trois ? (en toute lettre)


La Pluche dans un moment de moins bien ...


Les 5 billets précédents

2005-09-19 22:08:06 : Quand la course devient thérapeutique ... - 0 photo - 9 réactions

La semaine dernière aurait dû être une semaine de reprise, avec des séances progressives en durée puis en allure.
Malheureusement, en ce moment, mes horaires de travail sont assez conséquents, genre 7h45 - 20h, ce qui laisse peu de temps pour aller me dégourdir les jambes le soir.

En plus la cocotte minute est sous pression et ce week-end j'avais besoin de décompresser, il en va de ma santé mentale. Alors je fais fi des recommandations de prudence, et enchaîne 1h05 samedi, 1h15 dimanche et 1h10 ce soir (alors que ce n'était pas prévu, car je m'entraîne rarement le lundi, mais là j'en avais trop besoin).

Que ça fait du bien au cerveau une bonne séance d'endurance ! Que c'est bon de sentir la quiétude intérieure après la douche !
Je suis calmé, rassereiné, et me sens d'attaque pour affronter encore une grosse journée demain.

En plus, je vais pouvoir faire un gros dodo, alors que j'aurai sûrement difficilement trouvé le sommeil si je ne m'étais pas adonné à cette sortie en semi-nocturne.
C'est bon d'être coureur.

2005-09-10 13:13:12 : 2ème sortie de reprise - 0 photo - 5 réactions

Ce matin, deuxième sortie matinale, tranquille, au rythme de l'escargot.
Rapidement j'oublie le tendon qui m'a pourri la vie dernièrement et mon esprit se focalise sur les préoccupations d'un coureur à pied ordinaire : ses sensations.
Les jambes tiraillent un peu, d'ailleurs vendredi, au lendemain de ma 1ère tentative je ressentais même de très légères courbatures ! Inouïe quand il y a quelques mois encore j'alignais les sorties d'1h30 à plus de 2h sans sourcillier.

Mais c'est surtout au niveau du système cardio-vasculaire que j'ai perdu. Même à vitesse très lent, la fréquence cardiaque (FC) est "démentielle", il m'est quasiment impossible de descendre sous les 80% de ma FCMax, d'où quelques arrêts répétés pour ne pas emballer la machine. Et lorsque je cours, je sens que tout doit se remettre en ordre de marche dans la cage thoracique.

Il y a un an, j'étais affûté comme jamais à l'approche des 100km de Millau.
Aujourd'hui ... je suis redevenu débutant : la roue tourne vite.

2005-09-08 20:41:43 : C'est repartiiiii ! - 1 photo - 7 réactions

Ce soir, rendez-vous chez le médecin pour vérifier, via quelques exercices, si le tendon tient.
Et IL TIENT, yesssss.

Du coup je rentre chez moi, et illico presto, j'enfile mon short, un maillot, chausse mes chaussures de course, et hop, c'est parti.

Le médecin m'avait dit de recommencer tout doux, 10 minutes à un quart d'heure pour une 1ère sortie.

Bon, finalement, la sortie aura durée 33', mais promis, je n'ai pas forcé (de toute façon j'en étais incapable ...). Ce test de terrain sera encore plus concluant que le précédent dans le cabinet : la douleur a bien disparu, ouf.

Bien sûr, c'est laborieux, mais ce n'est pas grave, je me moque éperdûment du rythme cardiaque et du rythme de course pour le moment. Les prochaines semaines serviront à me reforger une condition physique acceptable.

Voilà, le week-end s'annonce bien.

2005-09-07 22:13:43 : La fin du purgatoire ? - 0 photo - 4 réactions

Voilà 4 mois que j'ai abandonné la course à pied, la faute à un tendon abîmé (tendon qui relie les quadriceps à la hanche).
L'abstinence fut totale : pas d'entraînement évidemment, et trêve des forums également, car c'était vraiment trop frustrant de vous lire sillonner routes et chemins. J'ai complètement coupé la course à pied.

La douleur a disparu maintenant, au pire je ressens parfois un "trouble" dans la zone abîmée, mais rien de bien méchant.
Depuis une semaine, je me suis remis au gainage. Avant je détestais ça, mais comme je n'ai que ça à me mettre sous la dent actuellement .... j'y prendrais presque du plaisir !

Demain soir, rendez-vous chez le toubib pour un examen de passage. Si le test est concluant ... je pourrai enfin rechausser mes belles baskets.

J'y crois, je suis confiant.

2005-07-18 15:15:27 : Episode X (euh 10), une année de transition - 0 photo - 5 réactions

(suite des épisodes précédents)

En ce début d’année 2002, je n’ai pas une forme éblouissante. Même en me traînant à 6’30 voir plus au km, la fréquence cardiaque est très élevée à l’effort.

Je n’insiste pas et décale ma reprise en mars. C’est mieux, mais pas terrible tout de même. En tout état de cause, je ne me sens pas capable de suivre une nouvelle préparation marathon. Je me "contenterai" d’un objectif sur semi en juin, avec comme but, d’y améliorer de façon significative mon record.

Oui mais même si la préparation fut sérieuse, avec un travail de VMA auquel je n’étais pas habitué, la course fut ... calamiteuse ! Non seulement je n’ai pas battu mon record, mais en plus ce fut un de mes pires prestations sur la distance !
Rapidement dans le rouge, j’ai très vite explosé, craqué d’accord physiquement et ensuite psychologiquement.

Cette défaite m’a affecté moralement, pendant plusieurs semaines je me suis beaucoup interrogé sur mes capacités de coureur à pied.

Les 2 dernières années, je dois bien admettre que je suis resté loin de mes records. Je stagne et commence même à régresser. En plus, les sensations en course sont de moins en moins bonnes.

Quelque chose ne va pas, dans l’entraînement sûrement, mal conduit. J’enchaîne les préparations marathon sans prendre le temps de renforcer mes points faibles.
Physiologiquement ensuite, car je trouve ma FC de repos (60 puls/min) est indigne d’un coureur régulier.

Bref, je suis en plein marasme.

Un premier élément de réponse vient avec les résultats du bilan sanguin que j’avais sollicité au moment du renouvellement de mon certificat médical : tous les taux (magnésium, potassium, fer, ...) sont bas, l’anémie guette.

En fait je crois que le marathon du Val de Loire en juin 2001 m’a bien plus éprouvé que je le croyais. J’avais puisé bien loin dans mes réserves et j’ai enchaîné avec le marathon de La Rochelle sans avoir complètement récupéré. Peut être une des raisons de ce coup de fatigue, faut payer l’addition.

Je remets complètement à plat ma pratique.

Au niveau de l’entraînement d’abord : d’ici la fin de l’année, je rebâtis les fondations du bonhomme : endurance fondamentale pendant 2 mois au programme, au cardio, 72% de FCM maxi, et si la machine s’emballe, on ralentit. Pas plus compliqué que cela. Il est temps d’exploiter vraiment ce que dit le cardio. Du kilométrage tout doux, un point, c'est tout. Ensuite j’ajouterai une séance hebdomadaire plus pêchue en fin d’année.

Je me remets également en cause au niveau de l’état d’esprit.
Je me prends trop la tête en course surtout en cas d’échec. On doit rester agréable avec les autres. La course à pied est une fête et la défaite fait partie intégrante du sport. On ne doit envoyer tout balader à la moindre contre-performance. On peut être déçu, évidemment, mais on doit rester amène, positif.

Je mûris c’est bien.

Et puis je n’aborde pas bien les courses : si je me suis fixé 3h10 sur marathon par exemple, je calcule toute ma course avec des temps de passage à respecter. Or, il y a ce qu’on crois être, et ce que l’on est vraiment. Si mon niveau est moindre je vais systématiquement dans le mur avec une telle approche. L’inverse est vraie aussi, il y a des fois où je me bride trop. Maintenant ce seront les sensations qui dicteront du rythme de course.

Voilà que je bâtis les bases de coureur, que je suis plus neuf dans la tête, reste plus à établir un planning.
Et j’imagine déjà mes courses importantes des 2 années à venir (et oui, rien que ça !).
Des marathons d’abord pour descendre enfin sous les 3h10. Le marathon de la Liberté à Caen au printemps 2003, celui de Reims à l’automne et enfin celui de Sénart en 2004.
Et je planifie quelque chose qui me titille depuis quelque temps. Un 100km. Et quitte à faire qu’un seul dans ma vie, autant faire le plus dur, les 100km de Millau. J’ai 2 ans pour m’y préparer.

Tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net